Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'assemblée unique sous lamentations

par Yves BABOUL

publié dans Politique

Aujourd'hui nous voilà dans les perspectives d'une gouvernance de la Guyane par la collectivité unique, validée par les électeurs Guyanais le 24 janvier 2010.
En effet le chemin qui mène vers l'épanouissement est une longue route semée d'embuches et de choix, mais au bout de cette route il y a la réalisation d'un peuple.
Depuis la départementalisation et sous l'arbre de l'article 73, deux conseils, le conseil général et le conseil régional ont tenté plus ou moins de gérer un pays d'une superficie de 84 000km2, ce qui correspond au 1/6 de la France hexagonale, avec toutes les dissonances qui existent rien que par le fait de l'éloignement, de la géographie se situant en Amérique du sud et en limite de l'équateur.
Ces deux entités ont géré tant bien que mal les idées, les modes d'existence, les finances de l'hexagone... Mais voilà déjà, bien longtemps, que ce mode de gouvernance proposé au peuple Guyanais n'est plus d'actualité.
De vous à moi :
  • Y a t'il eu une évolution dans notre mode de vie et dans quel sens?
  • Y a t'il eu une évolution dans nos comportements individuels ou/et collectifs et dans quel sens?...
  • Y a t'il eu ... et dans quel sens?
Une suite d'interrogation qui reste d'actualité et encore plus aujourd'hui!
Mais cette nouvelle gouvernance est elle réellement adaptée à ce pays de plus de 250 000 ames officiellement?
Faisons le pas qu'il faut pour que nous puissions nous sentir l'âme d'un pays et l'âme d'un être humain, celui qui se donne les moyens pour son épanouissement, en faisant tomber ses craintes et ses peurs. Faisons le pas du long voyage et vivons dans cet âme d'un peuple qui a acquis son épanouissement et sa notoriété.
En s'accordant sur cet environnement décrit précédemment, certain de nos élus n'auront pas eu ce genre de comportement qu'il affiche avec autant d'assurance, en le manifestant de manières désemparées, surtout quand il s'agit de nous représenter à l'extérieur du pays (je vous encourage à ré-écouter le discours du président du conseil régionale à son discours de clôture pour la conférences des RUP 2015 en Guadeloupe). A moins que cela fasse partie de leur stratégie et de leur règle de jeu de tel sorte à ce que nous nous penchons sur leur berceau. Cependant, pendant ce temps là des femmes et des hommes souffrent pour manger et nourrir leur famille, souffrent pour se trouver un travail, souffrent pour se déplacer, souffrent pour se loger, souffrent... Souffrent... Et pourtant ces femmes et ces hommes auront du exister en tant qu'individu apportant leur pierre à la construction du pays.
Alors n'entendons pas et n'écoutons pas ces lamentations car ce ne sont que des hululements d'impuissance du mode de fonctionnement que ces élus ont choisi.
Dans ces conditions il est difficile de concevoir l'assemblée unique dans les règles de fonctionnement actuel qui est celle de "la lamentation sur notre propre sort". Faisons un pas avec cet volonté et cet confiance en réalisant notre existence en tant que peuple du pays Guyane.
Peuple de Guyane n'hésitons pas à nous accomplir comme de vrais êtres humains en déployant cette force en nous, né d'un pays qui nous donne les bases d'une vie harmonieuse avec nous même et la nature et en se déployant dans notre force d'exister.
Qu'elles serait la nécessité de vouloir évoluer dans une structure sans avoir le choix du "comment nous voulons vivre?". Faut il que nous nous agglutinions sur le littoral, le long de la cote Atlantique, avec la crainte d'une surprise venant de l'intérieur du pays!
Nous nous concentrons en nous appauvrissant culturellement et financièrement pendant que d'autres se gargarisent de nos richesses de l'hinterland.
N'entendons pas ces lamentations mais réalisons nous sans peur et sans reproche...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article